à la croisée des chemins ; chapitre premier

à la croisée des chemins ; chapitre premier

 
 (Mélodie)
  
 
            Le trac de la page blanche.

 
            Je fixais, les yeux plissés et pressant mes doigts contre le plastique dur et inconfortable du stylo, soupirant de frustration alors que je bloquais, alors qu'un mur invisible se dressait devant moi et m'empêchait d'écrire, d'exposer mes idées, de continuer ma phrase. Fouillant dans mes pensées emmêlées, je cherchais encore quelque chose à écrire un début de phrase, un début de paragraphe, un début d'une idée étrange et insensée, mais qui me pousserait enfin à démarrer.
 
 
            Cela ne faisait pas moins de deux heures que nous étions rentrés officiellement au lycée, pas moins de deux heures que les cours avaient officiellement commencé, pas moins de deux heures que nous nous étions retrouvés rassemblés tous ensemble dans une grande classe que nous n'aimions pas, que nous avions tiré des traits rouges sur les visages et les noms des personnes qui nous entouraient, que nous voilà, déjà en train de rédiger un court texte sur table pour le cours de Français.
 
 
            «Me raconter n'importe quoi ayant un lien quelconque avec votre vie, telle est votre consigne !», avait annoncé le professeur, un homme plutôt âgé, dans la quarantaine, sans doute, avec ses cheveux bruns parsemés par quelques mèches grises et ayant un regard bienveillant.
 
 
Cette consigne se voulait simple, anodine, facile à comprendre et à exécuter. Néanmoins. Néanmoins, me voilà, qui regarde la feuille blanche, vierge, en plissant les yeux, me mordillant la lèvre, écoutant les tic-tacs réguliers de l'horloge négligemment accrochée au mur et regarder, fixer encore et encore la feuille blanche. Toujours blanche.
 
 
 Pourquoi aussi blanche ?
 
 
            Ce n'était pourtant pas difficile ! Il fallait juste que j'écrive quelque chose, n'importe quoi ayant un rapport avec ma vie.  
 
            J'approchais la pointe de mon stylo de la feuille, encore plus près, serrant ma prise autour de ce fin tube en plastique.
 
            J'hésitais.
 
 
            Je ne voulais pas écrire n'importe quoi. Je voulais écrire quelque chose de bien, d'épatant, quelque chose qui montrerait à mon nouvel professeur de français de quoi j'étais capable ! Après tout, c'était bien moi, Lucy Heartfilia, cette lycéenne un peu étrange, avec son regard toujours perdu dans ses pensées, ses doigts toujours posés sur un stylo, qui voulait être une auteure plus tard ! Et pendant tout l'été, j'avais écrit, je suis allée à des ateliers d'écriture, cherchant à m'améliorer encore plus, toujours plus, et retravaillant encore et encore le manuscrit d'un roman que j'avais rédigé l'an passé. Cette année je tenterais une maison d'édition, et avec un peu de chance, mon livre sera admis ! Avec un peu de chance, mon rêve se réalisera et je pourrais tenir ce pourquoi j'ai travaillé durant des heures et des heures enfin entre mes doigts !
 
 
            Je savais très bien que je pourrais y arriver, après tout, j'avais du talent.
 
            Toutes les personnes m'ayant lue m'avaient dit et redit la même chose.
 
 
            Alors pourquoi n'arrivais-je pas à écrire une seule ligne ?
 
 
            Soupir. Encore une fois. Un soupir lourd de frustration, de colère et d'amertume qui alla s'écraser dans cette salle où seuls les bruits des stylos qui écrivent se faisaient entendre.
 
            Quelqu'un se leva, près de moi, alla déposer son chef d'½uvre avec un sourire satisfait peint sur les lèvres.
 
 
            C'était une brune, plutôt jolie, plutôt petite, qui abordait une expression froide et hautaine tandis qu'elle traversait les rangées des élèves, ignorant les têtes et les regards qui se dirigeant lentement vers elle. Pas une seule fois, elle ne baissa le regard, pas même lorsqu'elle remit silencieusement son écrit sur la table du prof, ni quand ce dernier lui chuchota un bref ''merci''. Retournant rapidement à sa place et s'y installant confortablement, je l'entendis soupirer et je la devinais lever les yeux au ciel, regarder l'horloge accrochée au mur, cette horloge blanche et vieille, poussiéreuse, qui indiquait 13h50.
 
 
            13h50.
 
 
            Mon c½ur se serra dans un grand mouvement de peur et d'horreur; je sentais déjà de la sueur froide glisser sur ma peau, sentais déjà mes membres se tendre et paniquer, mon souffle m'échapper et mes poumons réclamant rapidement de l'oxygène. L'angoisse. C'était ce que je ressentais, en ce moment précis, alors que les tic-tacs de l'horloge commençaient à me hanter et le temps qui commençait à manquer me serrait dans une étreinte inconfortable, insupportable. Plus que quinze minutes et le professeur, cet homme aux yeux doux et aux cheveux parsemés de quelques mèches grises allait tout ramasser.
 
 
            Il fallait que j'écrive quelque chose.
 
            Mais quoi ?
 
            Soupir. De nouveau. Tremblements. Hésitations.
 
            Résignation.
 
 
            Je me dépêchais de gribouiller quelques idées confuses, quelques phrases qui s'emmêlaient  et dont je n'étais pas particulièrement fière, des phrases qui me laissèrent un quelconque arrière-goût dans la bouche et qui me firent grincer, grimacer, détester déjà cette journée, mais que j'acceptais quand même, puisque la chance d'avoir le choix n'était pas avec moi.  
 
 
            Puis le temps s'essouffla, disparut et s'évapora rapidement, bien trop rapidement. Je venais à peine de poser un malheureux point final sur cette feuille gribouillée que déjà, la cloche, si forte, si énervante, s'élevait dans la salle. Voilà des élèves qui se levèrent, un sourire béant sur les lèvres, des regards jetés à leurs amis et des paroles murmurées avec enthousiasme. Des « qu'est-ce que t'as écrit» ou encore des « j'espère avoir réussi» régnèrent dans la salle de classe qui, quelques minutes auparavant, pourtant, était bien silencieuse.
 
 
            Après avoir adressé un sourire au professeur qui venait ramasser ma copie, je m'accoudais sur la table, baissais la tête et pressais mes mains jointes contre mon front tiède. Le c½ur encore paniqué mais l'esprit fatigué, je m'autorisais un moment de répit, fermant doucement mes paupières en soufflant.
 
 
            Un bruit sourd se fit entendre.
 
 
            En rouvrant les yeux rapidement, je fixais, confuse et exaspérée, un jeune garçon aux cheveux roses passer, ignorant complètement la trousse qu'il venait de faire tomber et ma figure désemparée. Il passa, parlant tranquillement avec deux filles qui ne cessaient de le toucher, cherchant toujours à attirer son attention, à recevoir un regard, un sourire, peut-être même une caresse rapidement distribuée.
 
 
            Cependant un unique coup d'½il et un demi-sourire à peine cachés me furent adressés si vite, si rapidement que la confusion et l'impression de l'avoir imaginé s'installèrent en moi.
 
 
            «Il ne s'était même pas excusé», me dis-je finalement en secouant la tête.
 
 
            Refoulant l'agacement qui montait doucement en moi, je décidais de souffler, de fermer les yeux et de passer l'éponge, de ne pas crier et de ne pas me rabaisser au niveau de ce garçon, de Natsu.  «Quel gamin !» m'autorisais-je néanmoins à penser, très fort, suffisamment fort pour faire disparaître mon désarroi et mes joues qui commençaient à prendre feu, tandis que je me baissais et que je ramassais mes crayons gisant par terre.
 
 
 
 
à la croisée des chemins ; chapitre premier
 
 
 
            Une pluie de plomb s'abattait sur la magnifique vile qu'était Magnolia. Une pluie froide et dense, dure et colérique, le genre de pluie qui fait peur, qui crie et qui hurle, qui arrache des branches, des parapluies,  qui nous fait grimacer et trembler, et coupe l'envie à tout être vivant de mettre un pied dehors.
 
 
            Me demandant quand la pluie voudra bien arrêter de s'abattre sur nous, je me posais mon sac sur une table, m'assis et m'apprêtais à manger.
 
 
          -Et dire que ce matin, on annonçait une belle journée !

 
            Levant le regard vers une grande fille aux longs cheveux blonds platine, à la peau pâle et aux magnifiques yeux bleus, d'un bleu sombre et incroyable, profond et que j'enviais plus que tout au monde.
 
 
            -Salut Mira !

 
            Mirajane Strauss m'accorda un regard bienveillant.
 
 
            Étant une fille magnifique, mannequin du prestigieux magazine ''THE NEW FAIRY'', elle était très connue, très demandée, tout le monde voulait lui ressembler, tout le monde voulait être son ami, tout le monde voulait ne serait-ce qu'un simple conseil en matière de beauté de sa part. Secrets et sourires qu'elle accordait la plupart du temps à tout être qui osait l'approchait, mais, pourtant, de tous ses gens bien habillés, populaires et dingues de la mode, de toutes ces personnes influentes, aussi ''influentes'' qu'on puisse l'être au sein d'une école, Mirajane avait choisi, contre toute attente, de se lier d'amitié avec moi et avec des personnes dans mon ''genre''. Autrement dit, elle adorait passer son temps avec des étudiants, des chouchous, des surdoués...Le genre de personnes qui fait des blagues que personne ne comprend vraiment.
 
 
            Je me suis toujours demandé pourquoi avait-elle choisi de venir vers nous, pourquoi avait-elle décidé de me parler et de devenir mon amie, qu'est-ce qui la poussée à s'assoir à ma table et à me sourire, à me parler du temps comme si de rien n'était. Mais, ne trouvant le courage de lui demander, ne pouvant obliger mes lèvres à formuler toutes ces questions qui se bousculaient dans ma tête à l'approche de l'énigmatique Mirajane Strauss, et je m'étais contentée de me taire, pendant tout ce temps. Me taire et sourire, observer, chercher par moi-même une réponse, investiguer, essayer de comprendre.
 
 
          -  Lucy, c'est vrai que tu vas tenter les élections de délégués de niveau, cette année aussi ?, demanda doucement Mira.
 
 
            Une légère grimace vint perturber mes traits à l'entente du ''cette année aussi''.
 
 
            -Oui, souris-je. Mais cette année, je vais être élue. Je le sens !
 
            -Je te souhaite beaucoup de chance, dans ce cas, répondit mon amie en se tournant vers les grandes fenêtres, regardant d'un air songeur les nuages qui ne cessaient de s'accumuler dans le ciel. Tu sais qu'Erza va s'inscrire aussi ?
 
            -Et alors ? Elle s'inscrit toutes les années ; pourquoi ça devrait me décourager ?
 
            -Oui mais cette année, elle est vraiment motivée, il paraît. Elle a d'ailleurs déjà commencé à... hum, en discuter avec des personnes autour d'elle. Et tu sais comment elle peut être dure, parfois ! Comme elle terrorise tout le monde, elle risque de gagner beaucoup de votes grâce à...

 
            Le bruit d'un sac qui se pose brutalement sur une table nous fit sursauter toutes les deux, lever une tête effrayée et surprise vers la rousse qui s'installait en face de nous, nous jetant des regards noirs tandis qu'elle croquait dans une pomme.
 
 
            -Tu parles de moi comme si j'étais un monstre...
 
          -Mais non, Erza, voyons, tu n'es pas un monstre!, rétorqua Mirajane en souriant, dissimulant sa peur derrière un masque parfait et angélique. C'est juste que parfois, tu as des habitudes qui font...peur.

 
            Sourires et plaisanteries surgirent aussitôt entre les deux filles, tandis que moi, je fixais, pas encore habituée à voir des cheveux d'un roux aussi flamboyant, aussi écarlate, un roux foncé qui virait vers un rouge magnifique, authentique.
 
 
          -La rentrée s'est bien passée pour vous, les filles?, demandais-je brusquement.
 
          -Oui, mais mes profs sont tous un peu trop...mous. Je me retrouve donc encore une fois obligée de faire la discipline.., soupira Erza.
 
            -Moi je suis tombée dans une classe où il y a plusieurs couples, et de tous les goûts ! Des couples étranges, magnifiques, mignons, des relations amour/haine et cetera et cetera ! rit Mirajane, rayonnante.
 
 
             Je soupirais devant l'attitude de mon amie, exaspérée mais aussi amusée de la voir si excitée et si heureuse de faire partie de sa nouvelle classe.
 
 
            -Et toi, Lucy ?, demanda Erza.
 
            - Ah je n'ai rien de spécial à dire. Ma classe est aussi ennuyante que d'habitude, composée de personnes bêtes et énervantes, de gamins dont les actions sont incompréhensibles à mes yeux. 
 


à la croisée des chemins ; chapitre premier
Bonjour tout le monde ! 
Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins différents : cette fiction est officiellement en cours de réécriture, au cas où vous n'avez pas lu le petit mot que j'ai écrit sur l'article de présentation des fictions. 
En fait, ça faisait un bail que je pensais réécrire les dix premiers chapitres de cette fiction, qui datent et qui sont mal écrits à mon goût, mais il y a quelques semaines, je me suis dit :« pourquoi ne pas réécrire toute la fiction ?» Après tout, j'avais l'impression de stagner, et il y a des nombreux moments, de nombreux chapitres que je souhaite améliorer, une intrigue que je veux développer encore plus et un superflu à enlever. Je veux que cette fiction soit encore meilleure, encore plus passionnante, et qu'elle ne soit pas aussi longue ! 
Voilà donc les pensées qui m'ont poussée à commettre l'irréparable, selon certains. Parce qu'il est évident que certains vont se mettre en colère, à l'entente d'une telle nouvelle. Évident que certains vont partir et décider de ne pas lire cette réécriture, et honnêtement, je ne leur en voudrai pas, pas du tout. Après tout, vous avez attendu si longtemps, pour connaître le fin mot de cette histoire... et me voilà, qui vous annonce que vous ne l'aurez pas de sitôt. 
Voilà aussi pourquoi j'ai décidé de mettre le compteur de prévenus à zéro ! 
Sinon je voulais aussi vous prévenir que l'intrigue va évoluer plus rapidement, puisque vous connaissez déjà une grande partie du mystère....
Au oui, aussi, si vous souhaitez continuer votre lecture ou relire l'ancienne version pour faire des comparaisons avec la nouvelle, vous pouvez vous rendre librement sur wattpad!
Sinon,sinon... qu'en pensez vous, de ce premier chapitre ? Vous plait-il ? Pensez-vous que commencer par ''le trac de la page blanche'' était une bonne façon ? (Ça m'a permit de vous présenter un peu le personnage de Lucy, et d'autres personnages en vitesse, en finesse ).
N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, hein ! Tout avis compte à mes yeux ! 
Aussi, si vous souhaitez être prévenu, mentionnez-le ! Je vous le répète ; le compteur de prévenus est mis à zéro ! 

Tags : Chapitre premier - Le jour où nos chemins se sont croisés - réécriture

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.172.30) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lucy-x-natsu-001

    31/05/2017

    perso je prefere cette version que lancienne c plus leger lautre cetais trop long et trop detailler :) enfin c juste mon avis

  • May444

    02/01/2017

    Tu écrit super bien 💜

  • blog-concours-love

    17/07/2016

    c'est juste parfaitement parfait *^*

  • erzascarlettdragneel

    15/07/2016

    Encore mieux que la première,Cassandre-Seipen

  • Asuna-5SOS

    24/05/2016

    Très Bon Chapitre! :)
    J'adore Ta Plume, la façon de comment tu écrit, les sentiments évoqués.
    C'était un devoir ce que Lucy devait faire? Je pense que Oui, vu que les autres élèves on dit " j'espère que j'ai réussi "
    J'avais pas remarqué au début que c'était sa trousse à Lucy^^, j'ai compris après quand j'ai lu qu'elle la ramassée.
    Natsu, Faut s'excuser voyons x) c'est quoi ses manière ^-^
    Mirajane, Elle va faire des couples?
    Toujours La Même Erza xD Fait avoué qu'elle fait peur aux autres :3

  • NaLu-chan

    28/04/2016

    hanaka-sumato wrote: "Moi aussi je veux être prévenue prévenue !! (C'est fait exprès les 2 mots) ^^"

    Oky doky je te mets sur le liste ! ^^

  • hanaka-sumato

    29/02/2016

    Moi aussi je veux être prévenue prévenue !! (C'est fait exprès les 2 mots) ^^

  • Maevis-chan

    27/02/2016

    J'aime bien ^^

  • Natsumi-NeeChan

    24/02/2016

    merci beaucoup^^

  • NaLu-chan

    23/02/2016

    Natsumi-NeeChan wrote: "je prux être prévenue?j'aime bien ce premier chapitre^^"

    Je te mets sur la liste avec plaisir ! ;D

Report abuse