À la croisée des chemins; chapitre 2


À la croisée des chemins; chapitre 2

 


 
            Étonnamment, j'aimais bien l'école.
 
            Alors que je pestais contre tout ce monde considéré stupide et superficiel, alors que je détestais être entourée par ces élèves aux sourires et aux regards arrogants, hautains ou naïfs, ces filles qui se pavanaient dans les couloirs de ce lycée comme si le monde entier leur appartenait, et ces garçons aux sourires moqueurs qui, pour la plupart, ne faisaient que parler de sport ou de leurs dernières conquêtes. Cet entourage débile, leurs yeux vides, leurs discussions sans sens, leur nonchalance, leur façon de vivre au jour le jour sans s'inquiéter une seule seconde du temps qui passe, de leur avenir qui semble s'effacer, faisant un drame à chaque c½ur brisé et passant la journée à s'extasier lorsqu'un couple s'étant séparé à de nombreuses reprises venait à se remettre en place, oubliant des choses tellement plus importantes, oubliant de vivre leur propre vie. Mode, popularité, le désir d'être le plus fort et d'écraser les plus faible, se réjouir de la souffrance des autres et poignarder sans arrêt leurs amis lorsque ceux-ci avaient le dos tourné ; voilà à quoi se résumait leur vie.
 
            Oh, je les détestais tellement, ces personnes.
            Mais étonnamment, malgré tout ceci, j'aimais bien l'école.
 
            Je levais les yeux sur un ciel toujours parsemé de nuages. Étant donné que la sonnerie annonçant la fin de mon dernier cours venait de sonner, j'étais sortie dehors et m'étais arrêtée aussitôt sous le pré-haut de mon lycée pour prendre le temps de sortir mon parapluie et de l'ouvrir, le ''clac !'' qu'il fit en étendant ses longs bras métalliques fut à peine perçu à travers le brouhaha dans lequel je m'étais plongée.
 
            Je restais encore un court instant ainsi, figée sur place, regardant d'un air sans doute las et exaspéré la foule qui m'entourait, le vain espoir d'apercevoir un visage amical me tiraillant le ventre.  Puis, légèrement déçue et ennuyée, je me dirigeais vers l'arrêt de mon bus et montais rapidement à bord du véhicule qui arrivât rapidement en m'éclaboussant. Un soupir fendit mes lèvres face à l'air désolé du chauffeur, avant de me diriger vers le fond, me cachant  derrière la dizaine de personnes qui montaient en riant ou en lisant, en vérifiant leurs mails, absorbés par leurs téléphones pour une raison obscure.
 
            Toujours aussi ennuyée, je regardais les visages sérieux des passagers qui s'approchaient puis je sentis mon souffle se figer.
 
            Devant mes yeux légèrement écarquillés se tenait un jeune homme à la chevelure d'un rose étonnant, jeune homme occupé à offrir son sourire le plus ravageur aux filles qui le fixaient dehors, rougissantes et souriantes, insouciantes et innocentes.
 
            J'hésitais.
 
            J'hésitais à aller m'approcher de cet homme que je m'étais décidée à détester, détester parce qu'il représentait exactement tout ce que je n'aimais pas chez quelqu'un, avec ses airs arrogants et moqueurs, son regard insouciant et superficiel et ses sourires qu'il voulait charmeurs. Son attitude nonchalante et sa croissante popularité, toutes les rumeurs qui couraient à son sujet et son attitude si faussement gentille, seulement faite pour les filles, pour être aimé par son entourage. Je haïssais tous les gloussements et les chuchotements qui se faisaient entendre sur son passage, toutes ces filles bêtes qui s'extasiaient aux moindres de ses regards, tous ces garçons qui chantaient ses éloges et le levait haut, tellement haut, beaucoup trop haut pour que nous, communs mortels, puissions le regarder, l'admirer ou lui parler.
 
            Et pourtant... j'avais une veste à lui rendre.
 
            Je ne pouvais nier la gentillesse de son geste, lorsqu'il me l'a tendue pour ne pas que la pluie me mouille davantage, gentillesse que je m'efforçais de croire fausse.
 
            Parce que c'était tellement plus facile de penser cela.
 
            Alors que j'étais encore plongée dans mes intenses réflexions, alors que je continuais de peser le pour et le contre de ma situation, alors que j'évaluais et imaginais tous les scénarios imaginables et probables, Natsu leva la tête.
 
            Croisa mon regard. Eut l'air surpris.
            Puis me fit un léger signe de la main, avant de fendre la foule et de s'approcher de moi.
 
            -Dis-donc, toi, on ne s'est pas déjà croisés quelque part ?, dit-il dans un rire insouciant.
            -Oh... je ne sais pas. Oui. Non. Peut-être. Je ne m'en souviens pas, en tout cas, mentis-je en détournant la tête.
            -Mais si, je m'en souviens, maintenant ! Tu es Luigi Mirtillia, n'est-ce pas ? Je t'avais prêté ma veste, l'autre jour ! Quand il pleuvait ! Et en plus... tu portes l'uniforme de mon école.


            Je fronçais les sourcils, fit une légère grimace en l'entendant massacrer mon nom, m'obstinant à regarder le paysage fuyant qu'offraient les vitres, ignorant son visage qui se tendait dans un mouvement de surprise et ses yeux qui se plissaient, légèrement, alors qu'il continuait de me sourire.
            Sans doute n'était-il pas habitué à ce qu'une fille lui offre tant de froideur.
 
            Pauvre chou.
 
            -Ah, c'est vrai.
          -Hé, tu ne devrais pas la rendre, cette veste, justement ? À moins que tu aies prévu de la garder chez toi , de façon à avoir un souvenir de ta rencontre avec le beau et fameux Natsu Dragneel.
            -Fameux, peut-être. Beau, ça, je ne crois pas.


            Baissant les yeux sur mon sac noir, je l'ouvris rapidement et fouillais avec des geste agacés, marmonnais des ''où est-elle''. Trouvant enfin la veste en cuir, je la sortis et, en me tournant vers les yeux de Natsu où une vague lueur de malice brillait, je la lui tendis.
 
            Son sourire s'agrandit :
 
            -Mademoiselle a-t-elle oublié le mot ''merci'' par hasard ?, sa voix calme et enjouée accompagnant ses paroles moqueuses.
          -Merci.
          -Pourquoi?
          -Pour m'avoir prêté ta veste alors que je ne t'ai jamais rien demandé.


            Étonnamment, après que ma voix dure et froide ait fendue le bruit ambiant de l'autobus, il n'ajouta plus rien, se taisant d'un coup si rapide et inattendu que je fus surprise. Surprise de le voir ne rien ajouter, simplement se tourner vers la vitre et observer le paysage qui défilait, laissant le silence s'installer entre nous.
 
            A-t-il abandonné ?, me demandais-je en lui jetant un vague coup d'½il.
 
            Je baissais les yeux sur mon sac, sur mes mains, sur ma jupe, réfléchissant à mes paroles, analysant mes paroles, la peur d'avoir été blessante me serrant tout d'un coup le c½ur. Peut-être avais-je été trop dure, trop méchante, trop froide, peut-être était-il blessé ou agacé, ou en colère face à mes paroles tranchantes.
 
            Je soupirais.
 
            Même si je ne l'aimais pas, même si à mes yeux, il était ennuyant, superficiel, arrogant, le cliché parfait du personnage principal d'une série télévisée américaine, je n'aimais pas l'idée de le blesser. Je n'aimais pas blesser les gens autour de moi tout court.
 
            Alors, ravalant ma salive et forçant un sourire mince sur mon visage, je le regardais enfin et murmurais, pour me rattraper :
 
            -Merci de m'avoir prêté ta veste. C'est vrai que je ne t'ai rien demandé, mais... ton geste a été gentil et je t'en suis reconnaissante, quelque part, au fond de moi...


            Ce fut à son tour de soupirer, en tendant son long bras pour atteindre le bouton rouge sur lequel le mot ''ARRÊT'' était écrit en grosses lettres.
 
            -Tu es une drôle de fille, Lucy. J'hésite entre dire que tu es méchante ou juste impulsive...après tout, je ne voulais que t'aider. Tu venais te cacher de la pluie sous le cerisier et notre... baiser t'avait fait fuir. Alors c'est vrai, je me sentais un peu coupable de te voir mouillée de la tête aux pieds. C'est vrai que tu ne m'as rien demandé, mais tu n'as pas besoin d'avoir des paroles aussi tranchantes.


            Le bus s'arrêta, et je sortis, accompagnée par ce garçon à la chevelure rose. Le ciel, toujours aussi sombre et les arbres aux troncs noirs qui étaient agités par le souffle colérique du vent, un vent grand et fort, froid qui dérobait à leur chute des goutes douces de la pluie automnale. Quelque part, j'entendis le cri d'un corbeau, suivi par l'envol d'un oiseau, et des voitures, lentes ou pressées, bleues, rouges, noires ou blanches s'effaraient dans cette douce soirée seulement éclairée par les quelques lampadaires aux lumières orangées.
 
            J'inspirais, savourant cette tranquillité, tandis que nos silhouettes avançaient lentement sur les trottoirs mouillés.
 
            Réfléchissant aux mots à peine prononcés par Natsu, j'ouvris mon parapluie bleu, cherchais quelque chose à dire, une réplique à lancer dans ce silence pesant, quelque chose pour combler l'espace que je souhaitais pourtant demeurer infranchissable entre nous. La culpabilité vint également me serrer la poitrine, cette joyeuse et douce culpabilité qui nous attrape dans ses fils vicieux et refuse de nous laisser partir, refuse de nous laisser aller, nous retenant dans son étreinte désagréable. Éternelle.
 
            Je n'aurais pas du être aussi dure avec lui, me dis-je en soupirant.
            Deux fois.
 
             -Tu as sans doute raison, dis-je, lentement, en mettant mon orgueil de côté. Je suis... désolée.
            -Ça ne fait rien. Je ne déteste pas les filles au fort caractère.


            Il m'adressa un clin d'½il alors que nous tournions à l'angle d'une rue, nous engageant dans une ruelle sombre et silencieuse.
 
            Mon immeuble se dressant devant nos deux ombres, je m'arrêtais, me tournais vers lui, me forçais à lui sourire, lui tendant mon parapluie :
 
            -Tiens, pour m'excuser. Il te reste encore un bon bout de chemin à faire, si je ne me trompe pas, n'est-ce pas ? Alors prends-le avec toi mais n'oublie pas de me le rendre demain.


            Il ne dit rien, me souriant, simplement et purement en acceptant l'objet au tissu imperméable avec un regard brillant.  Et tandis que sa grande main empoigna mon parapluie, effleurant mes doigts froids pendant quelques brèves et interminables secondes, tandis qu'il me fit un signe de tête en m'adressant un bref ''À un de ces jours, mademoiselle'' à peine soupiré, tandis qu'il commençait doucement à s'éloigner dans la nuit qui tombait sur nos têtes, je me souvins soudainement de quelque chose, de ce ''Lucy'' qu'il avait prononcé dans le bus tandis qu'il exposait la blessure que je lui avais causé, ce Lucy qu'il n'avait pas oublié, malgré ma conviction du contraire.
 
            -Alors tu te souviens de mon prénom !, lui criais-je dans un souffle où la surprise et l'amusement se disputaient pour avoir le dessus sur mon c½ur qui se mit à se débattre soudainement.
 
            Il n'y eut pas de réponse, rien, seul son rire étonnamment tranquille se faisait entendre dans le silence de la ruelle, rapidement balayé par un vent furieusement jaloux.
             
           
À la croisée des chemins; chapitre 2

           
            Je rentrais en claquant la porte derrière moi.
            Frustrée.
 
            Essoufflée et les joues toutes brûlantes, rougies par cette pluie froide, agaçante.
 
            Rangeant ma veste et remettant mes souliers à leur place, je soufflais, pestais contre ce garçon, Natsu, et la façon évidente qu'il avait de se moquer de moi. Marchant rapidement dans la maison, heureuse d'être enfin rentrée et décidée d'oublier ce qu'il venait de se passer, j'ouvris une porte blanche, m'engouffrais dans une pièce rose, dont les murs étaient recouverts par toutes sortes d'affiches, de posters, des photos représentant différents artistes, des ''stars'' que je n'affectionnais pas particulièrement. Une commode sur laquelle une quantité de maquillage était posée, un miroir gigantesque trônaient dans un coin de la chambre et des vêtements, tous plus ''flashy'' et extravagants les uns que les autres trainent sur le sol, éparpillés.
 
            Couchée sur un lit, les yeux ouverts, les doigts occupés à tapoter furieusement sur l'écran du dernier cellulaire sorti à la ''mode'', une jeune fille leva un regard chocolaté vers moi, paresseusement.
 
            -Oh, tu es rentrée, Lucy. La pluie t'a bien mouillée, d'après ce que je vois. Finalement mon idée de ne pas sortir était bonne.


            Elle hocha la tête, l'air convaincue par ses propres paroles puis retourna son attention sur son portable, enroulant son index autour d'une mèche de ses cheveux. Une mèche de ses cheveux bleus.
 
            -Levy, tu as manqué ton premier jour d'école !, m'écriais-je, en faisant les yeux ronds, étonnée et inquiète à la fois. Levy, tu ne peux pas sécher des cours cette année; on est en terminale, une année très importante dans notre vie, tellement qu'elle déterminera notre futur !


            Et voilà, c'était elle, cette jeune fille tellement différente de moi, cette jeune fille aux cheveux bleus, petite, qui avait pour habitude de s'habiller de façon si extravagante, si absurde à mes yeux, cette chère Levy, qui changeait de petit ami toutes les deux semaines, prétendant à chaque fois avoir trouvé l'amour, le vrai, celui avec un grand A. Cette fille si étrange, si incompréhensible, faisant partie d'un monde que je haïssais, avait pourtant réussi l'exploit de prendre une place dans mon c½ur. Elle était ma meilleure amie, une meilleure amie que j'adorais, contre toute attende, pour sa gentillesse, pour sa façon particulière de voir le monde, pour la force dont elle faisait preuve et la confiance qu'elle m'inspirait, parce qu'elle serait toujours là pour moi. Elle était comme une s½ur, à mes yeux.
 
            Même si parfois, très souvent même, j'avais envie de l'étriper.
 
            Elle leva à peine le regard lorsque je m'assis sur son lit, devant elle, en plissant les yeux et les lèvres, exaspérée par son attitude, fatiguée à cause de son comportement et une certaine forme de colère, de frustration me déchirant la gorge.
 
            Elle soupira.
 
            -Ben ouais. Je ne voulais pas que mon maquillage coule, moi ! Toi, tu t'en fiches, t'en portes même pas... et puis, tu sais bien que je ne compte pas faire des grandes études, plus tard, alors...


            Je ne répondis pas, pas tout de suite, trop occupée à baisser le regard sur mes ongles, trop occupée à chercher des mots, à tenter de reconstruire une phrase assez claire, la phrase qui saura exprimer ce que je ressens, également. Trop occupée à mettre des mots sur mes pensées, des noms sur mes sentiments.
 
            Et soudainement, elle, Levy, se releva, à ma grande surprise, repoussa son cellulaire, prit une grande gorgée d'air, l'air décidée, l'air effrayée, ses mains nerveuses s'agitant, empoignant la couverture rouge de son lit et je devinais les battements rapides de son c½ur effréné. Elle leva le regard sur moi, me fixa droit dans les yeux, prit son courage à deux mains et lança :
 
          -Lucy je... je crois que je vais me marier.












À la croisée des chemins; chapitre 2

 Voilà, voilà le chapitre deux de cette réécriture enfin sorti ! 
Chapitre qui, si vous avez lu l'original, comporte des scènes ajoutées ! Nous avons une Lucy et un Natsu qui se rencontrent dans un bus et une Levy qui va se... marier ! Eh oui ! xD (Je le répète, l'intrigue principale ne changera pas !)
 
Sinon, vous en pensez quoi de ce chapitre ? Je m'excuse pour cette fin horrible, aussi ._. Je ne changerai jamais, décidément ! ¬.¬
 
Voilà voilà, mon petit mot ! J'espère que ce chapitre vous a plu, en tout cas ^^ 
À la prochaine ! *^*

Tags : le jour où nos chemins se sont croiés - chapitre 2

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.43.96) if someone makes a complaint.

Comments :

  • erzascarlettdragneel

    15/07/2016

    C est encore plus instituant que ta Fic original.
    Je kiffe,je like,j'adore,J'aime,tous ses mots sont trop faible pour exprimer ce que je ressent en lisant tes écrits,qui devraient être conservé dans un musée.
    Je vois ça de loin.
    Maintenant passons à la pièce sur l'exposition Nalu-chah,dont l'oeuvre la plus connu est "À la croisées des chemins"
    Voilà son oeuvre"Embrasse-moi,princesse" qui reprends les bases de "La Belle et la Bete"...

  • fairy-tail0lol

    15/06/2016

    levy se marier llllllllllllllllooooooooooooooolllllllllllllllll

  • Asuna-5SOS

    24/05/2016

    Super Ton Chapitre! 😊
    Vraiment, je sais pas comment tu fais pour écrire aussi... bien? Fin je trouve même pas de mot tellement ses très bien écrit^^, la façon dont tu explique c'est super, ta un don *^*

    Moment Natsu/ Lucy : Je me demandais si Ils étaient assient tous les deux ou debout dans le bus?
    C'est mignon Natsu qui es blessé *w* par Lucy xD
    Et quand il l'a appelé Luigi mirtillia 😂😂 Abusé, alala sa ma tué :3
    Mais le pire dans tout sa ses qu'il la appelé Lucy après et elle réagi que quand Natsu part direction chez Lui 😂😂
    Et Enfin Pour Lévy^^: C'est Originale de comment tu la fais, sa change ;) Lucy, elle, même si elle pense pour l'avenir, elle est un peu coincée^^

    Je pense que c'est tout :)

  • hanaka-sumato

    29/02/2016

    C'est super trop cool bien. "Il a boussillé mon prénom" j'ai tellement rigolé et je sais pas pourquoi...

  • naludefairytail

    10/01/2016

    Top bien ! Continue ! Je m'identifie beaucoup a ta Lucy ! Un vrais plaisir a lire et la mélodie est très apaisante comme ton texte ! Un bonheur !

  • Akina-San

    30/12/2015

    Salut ! J'ai lu ton chapitre et tes écrits sont trop bien fait ! *o*
    Bref, je viens te parler de ce chapitre et je peux te dire que j'adore le caractère que tu as donné à chacun des personnages surtout celui de Levy :) elle qui a normalement le physique d'une fille sage XD et Natsu *µ* c'est mon préféré ! Il fait genre je me souviens plus du prénom de Lucy mais au fait... *-* Je meurs ! C'est bon, tu m'as tué :'( Je suis pire que fan de cette fiction ;) Je vais de ce pas lire le chapitre 3 ! #PartEnCourantVersL'autreChapitre
    Sinon, A tout de suite ! ^^

  • Val-Lucy-Heartfilia

    29/12/2015

    Bah si 'o' !
    Eh bien oui, en tant que fan incontestable de ta fiction, certains détails ne m'échappent pas *^* !! Pourquoi ne l'aimerais-je pas? Tu me fais bien rire :') ! Si je l'ai aimée une fois, pourquoi ne l'aimerais-je pas une seconde fois?
    Meuh non, c'est tout mignon :3.

    Je ne dis pas non ! Complètement ! Regarde où ce bourreau des c½urs en est aujourd'hui, quel changement !
    Je connais déjà la suite x) !! *chuchote* mais tu peux me la dire quand même.

    Ah oui ça c'est clair.. C'est triste pour elle, mais ce n'est que la conséquence de ce qu'elle a elle même créé... C'est dur à dire mais elle en est là par sa faute (à moins que tu ne nous prépares encore des rebondissement 'O' !)

    C'est pas comme si ça te déplaisait nee-chan hein :') ! Tu préférerais que je fasses la "hateuse". *Toussote* : Ta fikssion l é nul, chui sur 2 poux voir fer mieut ! (Ouuuuh que j'ai mal aux yeux en écrivant ça >.< ! *Mets une main sous son menton* : Quand je pense que des gens écrivent vraiment comme ça 'o'). Je vais te dire que si ta fiction mérite autant de compliments, c'est tout simplement parce qu'elle le mérite amplement : tu es très douée Cass', n'en doute pas une seconde :*.
    *chuchote* : T'inquiète, je ne changerai pas !

    Bisous ma petite s½ur adorée :3 !

  • NaLu-chan

    29/12/2015

    Val-Lucy-Heartfilia wrote: "Rholala quelle fin, j'ai éclaté de rire x) !!!

    Enfin bref, revenons en au chapitre en lui même. Ayant lu l'original, j'ai bien remarqué ces petites scènes ajoutées (soit disant passant, elles sont justes adorables) ! Mais... Je ne peux m'empêcher d'avoir toujours un sourire aux lèvres quand je lis ta fiction, je l'aime tellement ! Je sais que je me répète (#Mamy), mais cette façon de décrire le monde de lequel se trouve Lucy, cette façon d'exprimer ses sentiments, tout ça est tout bonnement incroyable, époustouflant !
    J'aime tant et tant lire et relire ta fiction, c'est juste... Je n'ai pas de mots !

    J'ai trouvé ça très touchant que Natsu fasse semblant de ne pas se souvenir de Lucy (*toussote* : il la considère quand même comme importante), c'était aussi très drôle ! Et la réaction de Lucy n'était pas mal non plus !

    Je ne me souvenais pas de cette Levy, ça m'a fait tout bizarre de la redécouvrir de cette façon 'O' ! Maquillage, prétentieuse, miss-j-ai-un-copain-toutes-les-semaines, et qui va se marier? T'es sérieuse? J'ai jamais autant rigolé sur une fin :') !!!

    Halala nee-chan, qu'est-ce que tu es talentueuse ! J'adore !!!!

    J'ai hâte de relire la suite, bisous s½urette~ ♥
    "

    Ahahahah sérieusement xD Mais ce n'est pas drôle, alors, si cette fin t'a fait rire ! x3

    Tu as remarqué ! Je m'en doutais bien, que tu le ferais, mais je suis tout de même... heureuse ! Très, très heureuse ! Surtout en sachant que tu aimes tellement ma fiction, que malgré le fait que tu as à la relire tu continues de l'aimer ! ^^ Merci, vraiment, merci beaucoup ! >///< Décidément, je suis trop émotive, ces derniers temps ! xD

    Oh, je personnage de Natsu est pour le moins complexe ! Enfin, tu verras bien (parce que je vais rajouter plein de scènes avec ces deux-là afin d'approfondir leur relation !). Parce qu'à vrai dire, il st dur à cerner, ce bonhomme ! On pense qu'il aime bien Lucy alors que... enfin, tu verras *se retient de dévoiler la suite avec force*.

    Oui, tu as raison, en ce qui concerne Levy ; ça fait tout drôle de la revoir ! xD Ça fait aussi du bien, parce qu'il faut bien le dire, son avenir ne s'annonce pas très joyeux...

    Alalala onee-chan, arrêt de me faire autant rougir ! xD Ts compliments risquent de me monter à la tête *chuchote* ne change surtout rien ! xD

    Bisous ma grande s½ur chérie ! *^*

  • NaLu-chan

    29/12/2015

    OrphelAmorizawa wrote: "Héhé, j'adore. Comme toujours j'ai envie de dire. Franchement chapeau. J'aime bien ce côté froid de Lucy envers Natsu mais qui sait aussi se remettre en question. Tu dis que l'intrigue ne va pas changer. Tu vas donc garder l'histoire du pari et le replie de Lucy sur elle-même et tout le reste? Et dire que dans la version originale Lucy allait mieux et on allait savoir la fin T.T Tu es vraiment sadique.. Surtout ne t'excuse pas, j'adore tes fin! Elles sont géniales, vraiment, elles laissent du suspense sans vraiment nous frustrer et c'est très fort! En même temps, je parle d'une pro... ;p BREF, encore un chapitre haut en couleur et qui ne me déçoit pas. Je vais encore me répéter mais JE T'AIMEUH x') Gros bisous, continue et à bientôt! "

    Ahah merci ! C'est vrai, tu me le dis tout le temps, mais n'empêche, je continue de sourire en lisant tes commentaires ! ^^ Je ne sais pas comment tu fais, pour me faire toujours autant plaisir ! xD
    En tout cas (avant que je ne commence à larmoyer) moi aussi j'aime bien la relation de ces deux-là ! Lucy qui est froide envers notre cher Natsu, et Natsu qui semble bien vouloir se rapprocher d'elle. Mais ce que j'aime encore plus, c'est la suite des évènements, leur relation qui sera plus profonde, un Natsu qui sera plus profond (beaucoup plus que dans la première partie).
    L'Intrigue ne changera pas, en effet. Enfin, presque pas. Je compte seulement enlever quelques petites choses ( ne pas m'éterniser autant sur le repli de Lucy) et en ajouter d'autres (ça, c'est à toi de les voir, même si elles seront très visibles). En fait, je compte surtout changer un peu plus tout ce qu'il s'est passé à partir du chapitre 16.
    Oooh tu es la première à me dire que tu adores mes fin ! D'habitude on se plaint toujours mais là... je suis surprise ! Merci xD
    JE T'AIMEUH AUSSI ! T.T
    Ça y est, tu as réussi à me faire larmoyer ! :''D
    À bientôt ! ^^

  • NaLu-chan

    29/12/2015

    lets-Fall-inLove wrote: "Encore un super chapitre. On retrouve bien ton style d'écriture ainsi que tes belles phrases. J'ai beaucoup aimé le passage avec Natsu, dans le bus. Il est toujours aussi sur de lui mais, on voit que le comportement de Lucy l'a blessé. D'ailleurs en parlant d'elle, je l'adore toujours autant. Ses répliques, son caractère etc perfecto ! Son amitié avec Levy est surprenante mais, la fin de ton chapite aussi xD Je pense que ça colle bien avec le personnage de Levy et à son côté foufou qui se fiche de tout ahah :p Natsu m'a bien faite rire; il "oublie" exprès le prénom de Lucy pour l'embêter. Trop mignon.
    Bref c'était un super chapitre, vivement la suite !
    Ps: Tu as oublié de me prévenir....T-T
    "

    Merci ! Ravie que ce chapitre t'a plu ! ^^
    J'ai eu un peu de mal, avec ce fameux passage dans le bus. Ayant moi-même du mal à vraiment cerner le personnage de Natsu, ce passage m'a surtout ''rapprochée'' de lui (je sais, c'est bizarre de dire ça de son propre personnage xD ). Quant à Lucy, merci ! Moi aussi, j'apprécie beaucoup son caractère et je m'amuse à écrire ses répliques, surtout lorsqu'elle parle avec Natsu x3
    Oh, Levy... cette chère Levy... enfin, tu verras bien, la raison, la véritable raison qui se cache derrière ce marriage est plutôt obscure.

    Merci encore une fois pour ton commentaire !
    PS : Je n'ai pas oublié de te prévenir, mais je crois savoir pourquoi tu n'as pas été tenue au courant de la sortie du chapitre : en effet, j'utilise le système de prévenus de Skyrock, le trouvant plus facile et plus rapide. J'envoie des ''mates cet article'' (<- même si je déteste tellement cette phrase ._.) et tu as du désactiver cette option.
    Pour le prochain chapitre, je vais donc t'écrire un commentaire afin de t'avertir de sa sortie ! ^^

Report abuse